News

28.11.2019

BFUP: béton fibré à ultra-hautes performances

Pour plus de résistance tout en restant compact

Le béton (fibré) à ultra-hautes performances (BUHP ou BFUHP) a fait son apparition dans le secteur de la construction il y a plusieurs années. Ce type de béton offre une résistance en compression beaucoup plus importante (130 à 250 MPa) que le béton traditionnel (20 à 50 MPa) ou le béton à hautes performances (50 à 130 MPa). Le dosage en ciment est élevé (700 à 1000 kg/m3), et il contient également des adjuvants superplastifiants et des compositions granulaires spécifiques. 

À l’instar des bétons traditionnels, des fibres (métalliques ou synthétiques) pourront être adjointes, ce qui permettra de s’affranchir en totalité ou en partie des armatures traditionnelles et donc d’obtenir des éléments plus compacts. Les autres avantages sont la grande durabilité, la dureté et la ténacité (pas de microfissures), ce qui en fait un matériau de choix pour les ouvrages soumis à un environnement agressif (sels de déverglaçage, par exemple).

Le manque d’expertise du secteur tant dans la conception que dans la mise en œuvre de ce type de béton ainsi que son ouvrabilité limitée mettent un grand frein à son application. En général, il n’est donc utilisé que pour des applications de préfabrication ou nécessitant une faible quantité de béton mise en œuvre (1 m³ à la fois, pour faire une « couture » entre les éléments préfabriqués d’un tablier de pont, par exemple). 

Le BFUHP permet de répondre aux évolutions majeures de la construction : optimisation des dimensionnements (augmentation des portées, réduction des quantités de matériaux utilisées), réduction de la durée des chantiers et des coûts globaux des ouvrages ainsi que de l’impact environnemental, amélioration de l’esthétique des parements (liberté architecturale) et pérennité des structures.

Sur le chantier de la maison communale d’Etterbeek, la façade a été habillée de lamelles et de caissons en BFUHP. En l’absence de normes ou d’un retour d’expérience suffisant, le bureau d’études stabilité nous a imposé des coefficients de sécurité majorés pour le dimensionnement de ces éléments ainsi qu’une série de tests en laboratoire (arrachement des ancrages de support).

Fort de cette expérience, le département Engineering pourra apporter à l’avenir ses conseils à la mise en œuvre de ce matériau offrant de nouvelles possibilités architecturales.